Partageons le rivage

Travaillons avec la nature pour protéger les magnifiques côtes de l'Île-du-Prince-Édouard

Code de conduite

Allez-y sans véhicule

Les VTT et les motocross qui roulent sur les dunes tuent la végétation qui maintient l'intégrité de la fragile structure de sable. Sans cette végétation, le vent emporte le sable, créant des vides dans la dune. Au fil du temps, les dunes rapetissent et elles offrent moins de protection pour les terres et les communautés qui se trouvent à l'arrière. Sur la plage, au-dessus de la marque de la marée haute, les véhicules peuvent passer par-dessus des nids, ou par-dessus des oisillons incapables de voler. En bord de falaise, ils endommagent les racines qui stabilisent le sol reposant sur le socle rocheux.

Gardez les animaux en laisse
Un grand nombre de nos oiseaux côtiers nichent au sol sur les plages, dans les pointes de sable et dans les marais voisins. Les chiens adorent courir librement, mais leur présence peut détruire les nids et tuer les oisillons incapables de voler. Ils gaspillent également l'énergie précieuse des oiseaux qui font le plein en préparation pour leur migration de longue distance; cette perte d'énergie s'accumule rapidement au cours de plusieurs jours passés à éviter les chiens bien nourris et joueurs à plusieurs reprises.
Ne laissez rien derrière
Les déchets ont des répercussions en modifiant le comportement de la faune, en endommageant les plantes, en contribuant aux débris de plastique en mer et en diminuant les expériences des autres personnes qui veulent profiter des plages. Les déchets alimentaires attirent les charognards qui se nourrissent également d'œufs et d'oisillons si l'occasion se présente.
Laissez la nature telle que vous la trouvez
Les matériaux naturels de la plage contribuent à l'écosystème qui s'y trouve. Chaque élément forme un habitat pour quelque chose et peut aider à capturer du sable et à construire des dunes sur la rive nord de l'Île.
Donnez de l'espace à la faune
Les animaux sont mis en situation de danger lorsqu'ils s'habituent aux gens, en particulier lorsqu'ils commencent à les associer à une source de nourriture facile. De plus, Ils n'ont pas l'énergie supplémentaire nécessaire pour prendre garde aux marcheurs lorsqu'ils s'occupent à élever leurs petits ou se préparent pour une migration longue et ardue.
Demeurez sur le sentier
Les sentiers de raccourcis sur les dunes augmentent les dommages à la structure des dunes et à la végétation environnante. L'utilisation de sentiers désignés et, de préférence, de trottoirs de bois aide à réduire les répercussions sur la structure de la dune et sur la faune qui pourrait y nicher.

À l'Île-du-Prince-Édouard, vous n'êtes jamais loin du roulement des vagues ou de l'odeur fraîche de l'air marin. Nous avons plus de 800 km de côtes et 2,400 XNUMX km de rivages supplémentaires dans nos estuaires protégés. À l'est, au nord, au sud et à l'ouest, le paysage côtier est toujours nouveau et subtilement différent et vous offre un vrai régal pour les yeux.

Les Insulaires et les visiteurs aiment les jolis rivages et beaucoup ressentent un lien profond avec la mer, en tant que lieu de loisir, et parfois en tant que lieu de travail. Les estuaires sont une ressource importante pour l'industrie des mollusques et il existe de nombreuses pêches côtières autour de l'Île qui sont liées à notre littoral (mousse d'Irlande, homard, crabe des neiges).

Les falaises de grès, les plages de sable et de galets et les dunes de la rive nord font toutes partie d'un vaste écosystème en constante évolution. Alors que les montagnes et les prairies intérieures évoluent lentement au cours d'une période géologique, de nombreux changements affectant le littoral de l'Île sont observables au cours de notre vie. Il s'agit d'un processus naturel, entraîné par les vents, les marées et les vagues. Les falaises s'érodent et alimentent les plages en sable. Sur les plages, les débris de bois et les algues ramassent le sable et forment des dunes ou des plaines côtières. De cette façon, la terre issue de l'érosion des falaises n'est pas perdue, elle change simplement de fonction.

Les côtes de l'Île-du-Prince-Édouard sont également l'habitat d'une riche faune. De nombreuses plages, falaises et estuaires abritent des oiseaux nichant au sol. Ceux-ci s'arrêtent à cet endroit le long de leur voie migratoire de l'Atlantique pour élever leurs petits chaque été. Une grande partie de la côte est reconnue internationalement comme étant des zones importantes pour la conservation des oiseaux en raison du riche mélange d'habitats de marais salés, d'étangs côtiers, de pointes sablonneuses et d'îles-barrières parsemés le long de notre côte.

Notre littoral dynamique et fragile fait face à de nombreuses difficultés. Le niveau de la mer est à la hausse autour de l'Île depuis 8,000 XNUMX ans et la montée se poursuit à un rythme accéléré. De fortes ondes de tempête et une quantité réduite de glace dans le golfe du Saint-Laurent au cours des dernières années ont exercé une pression sur les rivages et, dans certains cas, ils modifient la forme des rives rapidement. Nos efforts pour contrôler ou gérer ces forces ont souvent des conséquences imprévues. Soyez conscients de la fragilité de ces beaux paysages pendant votre séjour et ne prenez pas à la légère le privilège de vivre sur cette terre.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur le littoral de l'Î.-P.-É., les zones importantes pour la conservation des oiseaux ou l'organisme Island Nature Trust, veuillez communiquer avec nous en utilisant les coordonnées répertoriées ci-dessous.

Island Nature Trust
15, prom. Crown, Charlottetown, Î.-P.-É.
Téléphone : 902-892-7513 ou 902-566-9150
Courriel : admin@islandnaturetrust.ca
www.islandnaturetrust.ca