Texte : Amy Rosen
Photos : Amy Rosen

Quand vous arrivez à l’aéroport de Charlottetown, avec les autres touristes fraîchement débarqués, vous ne pouvez pas vous empêcher de remarquer qu’il y a plus de sacs de golf sur le tapis roulant que de valises. C’est parce que les gens ont deux activités favorites en « T » à l’Île-du-Prince-Édouard : la détente autour d’une bonne tasse de thé (« Tea ») et une bonne partie de golf (« Tee »). Mais ce ne sont que deux des multiples aventures qui vous attendent dans cet avant-poste resplendissant d’eau bleue marbrée, de falaises rouges et de plages de sable blanc. Dans le cadre de la promenade côtière de Points East, qui que vous soyez, vous pourrez découvrir des lieux du patrimoine, le Sentier de la Confédération, la pêche en haute mer, des marinas, toutes sortes de phares et une cuisine pour les plus fins gourmets.

La route est parsemée de panneaux portant le symbole facilement reconnaissable de l’étoile de mer. Il est quasi impossible de se perdre! Il n’est pas étonnant que nous n’ayons même pas trouvé de voiture avec GPS à louer dans l’île : « Personne n’en a besoin ici », nous dit-on au bureau de location.

Si vous êtes un passionné d’histoire, Points East est la région idéale pour vous. Si vous êtes un fanatique de golf, c’est votre destination de choix. Si vous aimez la bonne nourriture, n’allez pas plus loin. Et si vous êtes simplement un grand paresseux qui veut s’allonger sur la plage et se plonger dans un bon livre pendant que les enfants jouent au soleil ou font du surf, vous êtes au bon endroit : bienvenue à l’Île-du-Prince-Édouard, pays des douces brises, de la gastronomie fine et d’un rythme de vie aussi calme et gentil que les habitants du coin.

{Vous trouverez une carte au bas de la page indiquant les différentes destinations mentionnées dans le texte. Vous pouvez cliquer sur les liens sur la carte pour visualiser les attractions spécifiques mises en relief par Amy.}

Un verre bien rempli et un estomac bien rempli

La cave vinicole de Rossignol Estate (C) propose des millésimes de vin de table, de vin de fruits et de vin de dessert dans sa ravissante boutique nichée dans les vignes et les arbres fruitiers au bord de la mer. Arrêtez-vous-y pour profiter des dégustations à un dollar ou, si vous avez une réservation, vous pouvez faire la visite de la propriété et des bâtiments tout en en apprenant davantage sur la fabrication du vin. Le délicieux « Iced Liberty Blossom », par exemple, est fait de trois types de pommes récoltées dans la région (Macintosh, Cortland et Red Delicious), qui ont été broyées et gelées avant de subir un processus de fermentation. Le vin a un soyeux goût de pomme… avec du piquant. Les autres produits primés de Rossignol Estate comprennent des vins à base de myrtilles, de sirop d’érable de l’île et de miel du coin. Il s’agit de la première cave vinicole de l’Île-du-Prince-Édouard et nous avons retrouvé par la suite bon nombre de ses produits dans les menus des restaurants de l’île, notamment à l’établissement Inn at Bay Fortune (D), sans doute l’endroit le plus connu pour un repas gastronomique à l’Île-du-Prince-Édouard.

Dans cette région, la nourriture est exceptionnelle — à base de produits de saison et presque tous d’origine locale, depuis les œufs des poulets fermiers au petit déjeuner jusqu’au filet d’agneau du souper. Découvrez les grands jardins à l’arrière de la propriété, pleins de fleurs comestibles, d’arbres fruitiers, de fines herbes et de légumes. (N’oubliez pas d’aller saluer Casey, le cheval domestique de l’établissement.) Vous trouverez peut-être dans ce jardin le chef pâtissier en train de cueillir des feuilles de menthe pour le dessert. Les chambres sont chaleureuses et confortables. Certaines disposent d’une véranda protégée d’une moustiquaire. Toutes sont entourées de jardins d’ornement typiques des Maritimes. Vous pouvez admirer la voûte céleste, puis finir la soirée en vous divertissant avec un jeu de Scrabble devant la cheminée où le feu crépite.

Pour un excellent repas de midi, l’établissement Rick’s Fish ’N Chips and Seafood House (E) est ouvert à St Peters Bay depuis une douzaine d’années et est une destination obligatoire avant de repartir pour Charlottetown. Faites le plein de poisson frit, de coques, de pétoncles et de pommes de terre de l’Île-du-Prince-Édouard frites deux fois. Vous aurez alors savouré l’île dans son expression la plus simple et la plus croquante. Achetez ensuite une bouteille du célèbre assaisonnement de l’établissement, pour rapporter chez vous le goût de l’île.

L’établissement The Inn at St Peters (F) offre un cadre digne de Gatsby le Magnifique, avec des golfeurs très satisfaits qui sirotent leur cocktail en admirant le coucher de soleil sur la baie. Le restaurant propose une cuisine continentale canadienne avec, par exemple, un plat de poulet à la peau croquante sur un lit de risotto d’orge crémeux. La salle à manger est idéale aussi bien pour les repas langoureux entre amis que pour les dîners romantiques entre amoureux.

Les kiosques des fermes qui parsèment les routes 1 et 2 nous offrent des occasions supplémentaires de savourer les spécialités de l’île, avec des fruits et légumes fraîchement cueillis et des confitures faites maison, mais aussi de gros sacs de pommes de terre qui font partie des meilleures au monde. Difficile de n’en manger qu’une!

Phares et plages

Le phare de Cape Bear (G) est célèbre pour avoir reçu un signal de détresse du Titanic mais, de nos jours, on le connaît surtout pour sa vue emblématique des falaises rouges et de la Nouvelle-Écosse de l’autre côté du détroit de Northumberland. Pour quelques pièces de monnaie, on peut emprunter les escaliers étroits qui mènent à la lanterne automatisée; elle sert toujours de balise pour les navires pendant la nuit. Respirez l’air frais de l’Île-du-Prince-Édouard et découvrez la station de radiotélégraphie Marconi adjacente, où l’on peut remonter la corne de brume et faire peur aux autres touristes visitant le phare!

Les dunes recouvertes d’herbe de Panmure Island (H) cèdent la place à de grandes plages de sable et une eau de mer d’une température agréable : ingrédients idéaux pour construire des châteaux de sable monumentaux! Un peu plus loin, on retrouve le plus ancien phare en bois de l’Île-du-Prince-Édouard, le phare de Panmure Island (I). Il s’agit d’une structure classique nichée dans un cadre classique : vues sur la mer, avec un cheval qui broute des fleurs sauvages à proximité.

Le phare d’East Point (J) est l’un des plus visités et sans doute le site le plus venteux que nous ayons exploré lors de notre périple de Points East. Voyez les cordes à linge sur lesquelles les vêtements dansent comme des marionnettes et les cyclistes qui pédalent péniblement contre les rafales de vent. Il n’est pas étonnant qu’il y ait de plus en plus de parcs d’éoliennes sur la pointe est de l’île pour récupérer l’énergie de la nature.

En plein air

Le parc provincial de Buffalo Land (K) donne l’occasion de découvrir la beauté de l’intérieur des terres. Stationnez votre véhicule et empruntez le petit chemin dans l’herbe pour vous rendre au belvédère, d’où vous pourrez observer un troupeau d’une centaine de buffles baraqués errant dans les champs paisibles. C’est vraiment quelque chose de les voir dans ce cadre, à brouter et gambader comme si c’était tout à fait normal. Des buffles à l’Île-du-Prince-Édouard : qui l’eût cru?

Le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard à Greenwich (L) est une destination incontournable pour prendre l’air. Prévoyez beaucoup de temps pour explorer les 900 arpents du système protégé de dunes et le centre d’interprétation qui explique l’histoire naturelle de la région de St Peters. Le parc propose un autre itinéraire facile à faire à pied sur les sentiers et la promenade en bois flottante, qui débouche sur des milles et des milles de plage de sable blanc quasi déserte.

Ce n’est pas par hasard qu’on l’appelle « la Belle Montague ». La gare et la marina de Montague (M) offrent un cadre maritime superbe pour un rapide repas de midi avec une chaudrée au Station Café (N) ou un souper plus tranquille au coucher de soleil à l’établissement Windows on the Water (O), avec vue sur la marina, carte de vins locaux et poissons et fruits de mer frais de l’Atlantique. Le restaurant n’est pas seulement délicieux, mais également instructif. Le menu vous apprendra ainsi que les Britanniques établirent Montague en 1765 comme centre commercial pour l’exploitation forestière et le transport maritime. Les goélettes allaient et venaient et bientôt, le lieu devint la ville que l’on connaît aujourd’hui. À la marina, vous pouvez prendre le bateau de l’établissement Cruise Manada pour aller voir les phoques. Ce bateau se rend en aval sur la rivière Montague au parc de jour de St Andrew’s Point (Q), où nous observons une grande colonie de phoques. Vous avez 97 p. 100 de chances de voir des phoques, mais le capitaine Joe ne promet rien. En attendant, le navire de 55 pieds de long descend la rivière calme tandis que la stéréo diffuse de la musique de céilí et que nous en apprenons davantage sur tout ce que nous voyons : les balbuzards, les cormorans et les grands hérons qui bordent la rive. Tandis que le bateau passe à côté de réserves de bouées pour les moules, on vous explique que les « filets » remplis de ces célèbres moules bleues de l’île sont suspendus sous la surface, que chaque ligne représente environ 5000 livres de moules succulentes et qu’il y a des milliers de lignes dans la rivière. Pour ne pas faire mentir le pourcentage, nous voyons ici et là une tête luisante de phoque qui pointe à la surface et le capitaine remonte même un piège à homard pour nous montrer comment il marche. Attention à vos doigts : ces homards de Montague ont la pince vive!

Le programme « Du rail à la randonnée » a converti d’anciennes lignes de chemin de fer inutilisées en une piste de randonnée à pied et à bicyclette qui traverse toute la Nouvelle-Écosse. Chez Plover Bike Rentals (R), à St Peters Bay, les propriétaires disent que ce qu’ils ont à offrir, ce ne sont pas des locations de bicyclettes — mais l’expérience du Sentier de la Confédération. La piste cyclable va d’un bout à l’autre de la province : elle passe par des ponts, des forêts, mais surtout par des terrains de terre battue plate et compacte. Vous verrez des geais bleus et de nombreux hérons sur la côte et, si vous avez de la chance, vous verrez même une famille de renards jouant dans le soleil sur le chemin. Après avoir rapporté vos bicyclettes de location, faites un tour au magasin d’à côté, St Peters Bay Craft & Giftware (S), où nous avons rencontré la « couleuse en chef », qui est la seule couleuse d’étain de l’Île-du-Prince-Édouard, et nous avons pu la regarder transformer le métal liquide en œuvres d’art. Son studio fait partie d’une tournée des studios qui couvre toute l’île et qui permet de passer à l’improviste ou de rencontrer sur rendez-vous quelque 77 artisans : peintres, potiers, etc.

Enfin, pour goûter à la vie authentique de l’île, faites un tour à North Lake Harbour (T). Le lieu est facile à manquer, alors faites bien attention. Il s’agit de la soi-disant « capitale mondiale du thon » : un authentique village de pêcheurs en activité, où l’on peut s’inscrire à une aventure de pêche en mer ou simplement profiter de la vue et des sons de l’Île-du-Prince-Édouard authentique d’hier et d’aujourd’hui.

À Basin Head (U), le centre d’interprétation et le magasin de souvenirs du Musée de la pêche conduisent aux plages où règne une atmosphère de béatitude. C’est là qu’on y trouve les fameux « sables chantants ». Parcourez la série de promenades de bois et admirez les falaises rouges à votre droite, le sable blanc à votre gauche et le détroit de Northumberland resplendissant devant vous. La femme qui travaille au magasin de souvenirs vous dira peut-être : « C’est une bonne journée à aller dehors. Le sable devrait chanter pour vous aujourd’hui. » Le sable « chante », en effet, en raison de la silice qui entre dans sa composition. C’est plutôt un grincement qu’une mélodie enchanteresse, mais on entend effectivement le sable chanter sous ses pieds quand on marche pieds nus sur les énormes plages de sable blanc. Et la plage de Basin Head n’est que l’une des 34 plages ouvertes au public qu’on trouve le long de la promenade côtière de Points East.

Une histoire charmante

La promenade côtière de Points East commence soit à la rive nord (route 2) soit à la rive sud (route 1). Quand vous traversez vers le sud-est le pont de la rivière Hillsborough, arrêtez-vous, pour commencer, au village historique d’Orwell Corner (V). Il s’agit d’un établissement historique préservé de 1895, époque où le forgeron était l’homme de main de tout le village — il l’est d’ailleurs toujours : le forgeron d’aujourd’hui quitte son poste à Orwell à 14 h parce qu’il est également chauffeur d’autobus scolaire! — et où les écoles consistaient généralement en une seule et unique salle de classe. Faites un tour à la mairie, qui fait aujourd’hui office de salon de thé, pour savourer une tasse, puis saluez au passage la voiture à cheval et visitez l’église blanche comme neige, ainsi que l’école avec son poêle à charbon et son fouet en cuir qui traîne toujours sur le bureau de l’instituteur. En plus du Musée du patrimoine agricole de l’Île-du-Prince-Édouard, où l’on voit les articles qu’utilisaient jadis les colons de l’île et on entend leur voix, Orwell Corner permet d’apprendre plein de choses sur les tribulations et les triomphes des fermiers de l’île au tournant du siècle. Une fois que vous vous êtes plongé dans l’histoire, dégustez un pique-nique au belvédère avec vue sur les collines de pâturages et les terres agricoles. Vous y verrez l’illustration parfaite du dicton : « Plus ça change, plus c’est la même chose… »

Le lieu appelé Roma à Three Rivers (W) est une autre merveille d’histoire : emplacement d’une rivière du patrimoine du Canada qui redonne vie au site où Jean-Pierre Roma fit venir des gens de France pour bâtir une nouvelle entreprise dans un nouveau pays pour sa société commerciale. Les trois rivières en question faisaient office de routes pour les colons des années 1770. Aujourd’hui, le site propose neuf kilomètres de sentiers qui s’entrecroisent dans la nature et qui permettent d’explorer l’histoire géographique du bassin de Three Rivers. Vous pouvez suivre une visite guidée qui vous fera découvrir certains des jolis sentiers bordés d’arbres et de fleurs ou bien vous pouvez explorer le tout par vous-même. Vous pouvez aussi visiter les édifices reconstitués du XVIIe siècle et les jardins de légumes et d’herbes aromatiques et rencontrer les guides qui sont habillés en costume d’époque pendant la belle saison. Si vous le préférez, vous pouvez aussi vous asseoir sur un banc et contempler la vue splendide.

J’espère que vous apprécierez l’excursion autant que moi.

© 2017 Est de l'île Tourism Group, Tous droits réservés